Environnement

Agrile du frêne

Agrile du frêne

Les larves ressemblent à un ver blanc plat et peuvent mesurer jusqu’à 3 cm de long à leur dernier stade de croissance. 

Originaire d’Asie du Sud-Est, on retrouve l’agrile de façon indigène en Chine, au Japon, en Corée et en Russie. L’agrile fut découvert en 2002, en Amérique du Nord, dans les villes de Windsor (Ontario) et de Détroit (États-Unis). Son introduction accidentelle a déjà causé la perte de plus de 70 millions de frênes aux États-Unis et au Canada. On croit que l’insecte a été introduit avec le bois d’emballage des marchandises des bateaux de commerce international.

À Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, où une grande proportion des arbres sur les terrains publics et privés sont des frênes, l’arrivée de l’agrile du frêne aura des conséquences environnementales et financières importantes. Les mesures prises par la Ville, énumérées dans le Plan de gestion de l’agrile du frêne , permettront de ralentir la propagation de l’insecte dans l’optique d’étaler les coûts d’abattage, de transport, de disposition et de remplacement des frênes, mais ne pourront pas l’arrêter. Voici quelques faits au sujet de l’agrile du frêne :

  • En avril, la zone réglementée à l’égard de l’agrile du frêne par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a été agrandie pour inclure non seulement les municipalités infestées, mais aussi les municipalités potentiellement infestées. Les 23 municipalités de Vaudreuil-Soulanges, y compris les quatre villes de l’île Perrot, sont dès lors incluses dans cette zone.
  • 99 % des frênes de notre territoire mourront suite à l’arrivée de l’agrile. C’est pratiquement inévitable.
  • Notre stratégie nous permettra de ralentir la progression de l’agrile et ainsi de mieux planifier l’abattage des arbres pour étaler les coûts.
  • Les frênes dépérissants ou en mauvais état dégagent une substance qui attirent l’agrile.
  • L’agrile adulte mange les feuilles des frênes tandis que les larves vivent et se nourrissent en creusant des galeries sous l’écorce et empêchent la sève, vitale à l’arbre, de monter jusqu’à la cime. Ainsi, les frênes meurent.
  • L’agrile peut passer sa vie dans le même frêne. Par contre, si un frêne infesté est abattu alors que l’agrile est en phase adulte (mi-mars à octobre), cette dernière quittera le frêne pour s’en trouver un autre. Ainsi, abattre un frêne infesté entre la mi-mars et octobre contribuerait grandement à la propagation de l’agrile.
  • Il existe un traitement pour protéger les frênes. Si on attend que des symptômes apparaissent, il sera trop tard pour agir car ces derniers apparaissent quelques années après que l’arbre ait été infesté.
  • Un frêne mort devient vite dangereux pour la sécurité des gens et devra être abattu rapidement.