L’Île-Perrot, Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, Pincourt et Terrasse-Vaudreuil confirment qu’elles soumettront ensemble une demande de subvention pour le projet de construction d’un aréna sur l’île.

Suite au dévoilement par le gouvernement du Québec le 8 novembre 2019 d’un appel de projets dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), les quatre villes de l’île Perrot, L’Île-Perrot, Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, Pincourt et Terrasse-Vaudreuil, confirment qu’elles soumettront ensemble une demande de subvention pour leur projet de construction d’un aréna sur l’île.

Le maire de L’Île-Perrot, Pierre Séguin, rappelle que le projet de construire un aréna sur l’île est souhaité depuis de nombreuses années. Pour lui, « il s’agit d’une infrastructure importante qui servira les intérêts de l’ensemble des citoyennes et citoyens de l’île, tant au niveau du sport que des loisirs ».

Pour la réalisation de ce projet, la collaboration des villes voisines est essentielle. « Les quatre villes ont convenu d’unir leurs voix pour montrer clairement que le projet de construction d’une telle infrastructure sportive reçoit un vaste appui à l’échelle locale », indique Danie Deschênes, mairesse de Notre-Dame-de-l’Ïle-Perrot.

« L’adhésion des quatre municipalités au projet des infrastructures récréatives et sportives permettra la réalisation de celui-ci, tant attendu par tous les citoyens de l’île Perrot », ajoute Yvan Cardinal, maire de Pincourt.

Les élus insistent aussi sur l’importance du territoire desservi, qui n’a actuellement aucune infrastructure intérieure acceptable pour la pratique des sports de patinage. « Le besoin est important et les citoyens demandent ces infras depuis trop longtemps », insiste Michel Bourdeau, maire de Terrasse-Vaudreuil. Une régie sera créée pour soutenir la réalisation de cet important projet.

Le projet de construction d’une piscine ne sera pas visé par cette demande d’aide financière. Ce projet n’est toutefois pas abandonné. Les élus auraient aimé aller de l’avant avec ces deux projets, mais conviennent de repousser à plus tard la construction de la piscine pour respecter la capacité financière de chacune des villes partenaires.

Le coût d’un aréna avec deux glaces, qui serait construit sur le terrain de l’école du Chêne-Bleu, est évalué à plusieurs millions de dollars. Les élus ont convenu de présenter un montage financier tenant compte de la capacité de payer de leurs citoyens, en regard de la subvention de 66 2/% proposée conjointement par les gouvernements du Québec et du Canada.

Les quatre villes ont confirmé leur intérêt d’aller de l’avant en janvier par résolution, afin de présenter en février 2020 la demande de subvention au gouvernement.